Image1

 

 

La généalogie est un savant mélange d'enquêtes, de casse-têtes chinois, de jeux de patience et de hasard. A cela, si vous ajoutez une once d'intuition, vous avez le cocktail parfait !

Nous avions eu l'intuition, justement, que Marie-Antoinette VINCENT avait peut-être été adressée aux hospices des enfants assistés d'Abbeville car c'est dans cette même ville qu'elle a vu le jour le 1er mars 1866. Et nous avions vu juste. Les Archives Départementales de la Somme, que nous avions contactées, nous ont confirmé qu'ils possédaient bien le dossier de la demi-soeur d'Oscar et que, moyennant le règlement des frais de reprographie et d'expédition, il leur était possible de nous en adresser une copie.

Un bon mois et demi de patience et d'impatience mélées, et enfin nous tenons entre nos mains le fameux document. Il est un peu plus fourni, en terme de correspondance, que celui d'Oscar.

 

Premier élément primordial que nous apprenons : Marie-Antoinette serait décédée à Paris le 9 septembre 1866, à l'âge de 6 mois. Son admission à Abbeville avait été validée mais le transfert n'avait pas encore eu lieu. Le lieu et la date de son décès son mentionnés dans un courrier à l'attention de l'Inspecteur des Enfants Assistés. Le dossier ne contient pas l'acte de décès.

Notre première démarche a bien sûr été de chercher mention du dit décès dans les tables décennales des 20 arrondissemnts de Paris. Mais les recherches se sont avérées infructueuses... Comme nous possédons la date exacte de l'événement, nous avons ensuite consulté les registres de décès. Mais une nouvelle fois, aucune trace de Marie-Antoinette Eudoxie VINCENT. Les erreurs et omissions n'étant pas vraiment rares à cette époque, nous avons entrepris de consulter à nouveau les registres de décès mais cette fois entre le 14 juin 1866 (date de l'abandon) et le 31 décembre 1866. Le travail est en cours et pour le moment toujours rien à signaler.

Nous emettons une hypothèse qui pourrait expliquer cette absence dans les registres de Paris : Marie-Antoinette ne serait pas décédée exactement à Paris mais dans l'une des pouponnières des hospices des enfants assistés. Pouponnières qui pourraient bien se situer en "banlieue" à l'époque... La préfecture de la Somme aurait alors fait un raccourci en mentionnant Paris dans son courrier. Cette supposition nous paraît très vraissemblable. D'autant plus que le dossier que nous ont adressé les archives de la Somme ne contient pas de bordereau pouvant laisser penser que Marie a été placé provisoirement en province, comme ça avait été le cas pour Oscar. Maintenant il nous reste à savoir dans quelles communes se trouvaient ces fameuses pouponnières...

Dans ce dossier, nous obtenons confirmation que le choix d'envoyer Marie-Antoinette à Abbeville résulte bien du fait que sa mère, Marie VINCENT, y était domiciliée à la naissance de l'enfant. Mais une autre lettre attire notre attention et nous apprend que les hospices des enfants assistés faisaient en sorte, dans la mesure du possible, que les enfants d'une même fratrie soient réunis dans le même placement et que, dans le cas d'Oscar et de Marie-Antoinette, il y a eu dysfonctionnement. Bien evidemment, cela n'aurait rien changé au final puisque Marie-Antoinette est décédée avant son placement mais cela nous en apprend un peu plus sur le traitement des enfants abandonnés de l'époque et sur nos ancêtres en particulier.

Nous continuons inlassablement notre quête et notre enquête, à la recherche de l'acte de décès de la petite Marie-Antoinette, mais également des raisons de l'incarcération de sa mère (nous attendons des éléments nous permettant de consulter les registres d'écrous aux archives de Paris) et de ce qu'il est advenu de l'autre enfant de la fratrie : Edmond VINCENT. Edmond, né en 1864 lui aussi à Abbeville, ne faisait pas partie du "voyage" pour Paris. Nous savons qu'il a survécu car nous avons retrouvé son acte de mariage à Laon (02). Nous supposons qu'il a pu être abandonné par sa mère à sa naissance. Cependant, la demande que nous avions faite aux archives de la Somme concernant Marie-Antoinette contenait aussi une demande relative à Edmond. Mais la réponse des archives ne le mentionne à aucun moment. Nous allons donc réitérer notre demande...