Image1

 

Si vous souhaitez directement connaître comment nous aider : c'est ici

Un beau mercredi d'avril 2011, nous voila parties pour Valenciennes. Direction la médiathèque où sont hébergées les archives municipales.

Nous avons été très agréablement accueillies. Nous avons également eu la chance de rencontrer une personne très habituée à consulter ces archives et à chercher des documents parfois improbables. Il nous a conseillées sur un certain nombre de points ce qui nous a bien aidé.

Nous avons commencé par vérifier le registre des entrées de l'hospice. Cette démarche a confirmé ce qui nous avait déjà été communiqué : Oscar Vincent ne figure pas dans le document en question. Par acquis de conscience, nous regardons si les mois précédant la naissance d'Oscar, il n'y a pas mention de l'entrée de Marie. Nous pensions qu'elle aurait pu demander une aide auprès de l'hospice à son arrrivée à Valenciennes. Là non plus aucune trace.

 

Nous avons ensuite cherché à en savoir plus sur les témoins qui figurent sur l'acte de naissance d'Oscar. C'est dans le dénombrement effectué en 1861 que nous avons tenté de les retrouver.

Nous avons alors découvert que deux des témoins, Clarisse Lenglé (épouse Thuillier) et Narcisse Thuillier (ainsi que leurs enfants et une femme lingère) étaient domiciliés 4 rue des Haspres, autrement dit à l'adresse où est né Oscar.

De plus la profession indiquée pour Narcisse Thuillier - marchand de lingerie - correspondent à celle déclarée pour Marie VINCENT à la naissance d'Oscar : lingère. Nous supposons que Marie travaillait pour lui et logeait également au 4 rue des Haspres. A moins qu'elle n'y ait seulement accouché mais la présence à cette adresse dans le foyer des Thuillier d'une femme lingère nous laisse plutôt croire que la première hypothèse est la bonne. Aucune autre adresse concernant Marie n'apparaît dans l'acte de naissance d'Oscar.

Nous constatons également dans ce recensement, qu'en 1861, Marie n'est pas (ou plus) domiciliée rue des Haspres. Par contre nous la retrouvons au 72 rue des Recollets. Elle vit dans ce foyer avec trois autres personnes : Eugénie LABATUT (marchande de nouveautés), Louise LABATUT (14 mois, fille d'Eugénie) et Céline DEPLUQUE (domestique). Marie y est désignée comme nourrice. Il n'y a pas d'homme à cette adresse et Louise porte le nom de famille de sa mère. Il semblerait que nous sommes là aussi en présence d'une enfant naturelle.

Quant à Oscar, il n'apparaît pas dans le recensement de 1861 à Valenciennes, ni au domicile de sa mère, ni à l'hospice, ni à aucune autre adresse de la commune. Nous émettons l'hypothèse qu'Oscar était peut-être déjà placé en nourrice dans une commune voisine.

Fortes de ces informations, nous décidons de nous attaquer au recensement de 1866 pour suivre tout ce petit monde ! Mais là, nous perdons la trace de Marie VINCENT. Elle n'est plus sur Valenciennes. Eugénie et Louise LABATUT non plus. Nous nous demandons alors si, Eugenie et Louise déménageant, Marie ne les aurait-elle pas suivies entre autre pour conserver son travail ? La piste sera à creuser. On ne sait jamais...

Note : Aujourd'hui, les recensements de Valenciennes entre 1791 et 1911 sont consultables en ligne sur le site des archives municipales.

 

Le jeune généalogiste nous a également conseillé de jeter un oeil dans un dossier contenant diverses correspondances relatives au recrutement militaire de l'époque. Cette fois-ci, la chance nous a souri. Nous avons retrouvé l'avis d'inscription au recrutement militaire d'Oscar VINCENT. Document émanant de la mairie de Denain (59). Il y est écrit "fils naturel de VINCENT Marie (absente), élève de l'hospice de Valenciennes). Ce document est daté du 1er décembre 1880.

Nous avons également débusqué une lettre adressée à l'état civil de Valenciennes, écrite par un instituteur du service des enfants d'hospice. Cette lettre est une demande d'acte de naissance. elle a été écrite à Denain, le 28 novembre 1880.

Oscar habitait donc Denain en 1880. Où ? Dans quelles conditions ?

 

Voici donc le fruit de nos rechercges sur Valenciennes. Si nous avions eu plus de temps, nous aurions pu consulter d'autres documents relatifs aux enfants assistés/abandonnés. Il nous faudra peut-être revenir...

Des recherches sur Denain ne seraient sans doute pas inutiles non plus...